VIS MA VIE à BRUXELLES ENVIRONNEMENT

RAPPORT D’ÉTONNEMENT

par Christophe Gouache (Strategic Design Scenarios)

Qui, quoi et quand

  • Hôte: Fabrice Lesceu (Bruxelles Environnement), chargé de mission Quartiers Durables Citoyens et Appel à projet Inspirons le quartier.
  • Visiteur/observateur: Christophe Gouache (Strategic Design Scenarios).
  • La réunion du Conseil des Budgets Participatifs des Quartiers Citoyens, le 19 avril de 18h30 à 20h30

Déroulé du Vis ma vie

Le conseil passe en revue chacun des projets et discutent de la viabilité, pertinence et valeur-ajoutée des actions proposées au regard des financements demandés

Le Vis ma vie s’est déroulé durant une réunion du Conseil des Budgets Participatifs des Quartiers Citoyens consistant en la soutenance (orale) des différents projets des collectifs citoyens et la formulation d’un avis d’attribution de financement par Bruxelles Environnement (BE). Le déroulement de la session en bref : l’animateur de la réunion (Periferia dans le cas présent) accueille les participants (± 15-20 personnes) et présente le déroulé de la session. Celle-ci se déroule en 3 temps. Le premier temps est une présentation orale de chacun des quartiers durables candidats ayant introduit un dossier de demande de financement. Cette présentation qui dure environ 15-20 minutes consiste en un rapide historique de la démarche, une présentation de la dynamique locale, des projets passés, des projets en cours et des projets à venir. Cette présentation permet de mieux comprendre la démarche et de se rendre compte de l’implication et de la motivation des collectifs citoyens. Certains viennent d’ailleurs en force, c’est-à-dire avec 3 ou 4 membres pour un même quartier durable. Dans un second temps, les membres du Conseil posent des questions aux porteurs de projets afin d’obtenir des clarifications sur certains points du dossier (écrit) ou de la présentation orale. Une fois que les questions ont obtenu leur réponse, c’est au tour d’un nouveau quartier durable de venir faire sa présentation. Une fois que tous les quartiers sont passés, les participants partagent à grignoter et à boire. Enfin, le Conseil se retire à huis clos pour passer en revue les différentes demandes de financement (à la lumière des dossiers et des présentations orales auxquelles ils viennent d’assister) et formulent, pour chaque projet, un avis concernant l’attribution. Cet avis peut être soit «attribué sans condition» (autrement dit, accepté directement), soit «attribué sous condition» (besoin de complément, de reformulation ou de re-travail) soit «hors cadre» (ne rentre pas dans le type de projet financé par l’appel). Le conseil peut ajouter, en plus de leurs avis, des commentaires/remarques pour les quartiers durables. Le conseil se termine une fois que chaque demande a été passée en revu et a reçu un avis.

Ce que j’ai confirmé

Bruxelles Environnement peut paraître parfois déconnecté du terrain et de la réalité de part sa position d’administration régionale, pour autant – et comme cela me l’avait été déjà expliqué – BE est, à différentes occasions, en contact direct avec les collectifs citoyens qui sont amenés à bénéficier de subsides régionaux. Ce Vis ma vie a permis de confirmer le lien effectif entre BE et les citoyens porteurs de projets à travers la rencontre physique que constitue ces conseils de budgets participatifs.

En tant que représentant de BE, Fabrice demande aux citoyens porteurs de projets d’expliciter la plus-value environnementale de leur démarche/actions.

Les attentes de BE au regard de la valeur ajoutée environnementale des projets est bien ressortie durant la réunion, en effet, Fabrice a, à plusieurs reprises, demandé aux citoyens de clarifier ou expliciter la dimension environnementale des actions qu’ils proposaient de mener. Cette vigilance concernant le caractère «environnemental» des projets s’entend, cependant, dans un sens relativement large de la durabilité et parfois indirect (la création de lien social dans un quartier ou autour d’un parc par exemple peut avoir comme effet collatéral positif une meilleure préservation du quartier en termes de déchets, de verdurisation, de préservation de la végétation, etc.).

 

Ce que j’ai appris

Les porteurs de projets ont dû soutenir, à l’oral, leur projet et justifier/argumenter leur demande de financement.  Il a été intéressant de noter que les différents porteurs de projets ont présenté leurs actions de manière qualitative, vivante et animée. Cette réunion laisse véritablement la parole aux citoyens, qui peuvent s’exprimer et raconter la raison d’être de leurs projets ainsi que leurs ambitions. Ce format permet de sentir la motivation et l’énergie des citoyens engagés et permet d’aller au-delà du descriptif «technique-administratif» du dossier qu’ils ont rempli. Cela donne une chance aux citoyens de «raconter leur projet» (l’oral étant parfois plus accessible et aisé pour s’exprimer que l’écrit).

Ce qui m’a étonné

Le conseil qui formule les avis d’attribution est multipartite et majoritairement composé d’acteurs extérieurs à BE. 8-10 membres le composent : membre du Réseau en Transition, membre de XX, membre de XX, représentant de XX, coach de quartier durable, etc. Le processus est démocratique et pluraliste, et la posture du conseil est une posture bienveillante et encourageante.
Certains membres du conseil connaissent très bien, voire accompagnent dans certains cas, des Quartiers durables candidats. Dans ce cas, le membre en question ne commente pas et n’intervient pas dans la formulation de l’avis de manière à ne pas influencer la décision du conseil.

En tant que seul représentant de BE, Fabrice rappelle, quand cela est nécessaire, le fonctionnement et les règles d’attribution (par exemple : le financement doit constituer un investissement durable donc un événement ne peut pas, en tant que tel, être financé) et la politique de BE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *